browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Cafayate : une ville pleine de charme

Posted by on 11 juin 2016

Du 15 au 19 mai 2016

Désolé, les articles s’espacent, c’est pas qu’on a la flemme, mais on a passé un petit moment à l’écart de la civilisation (pas d’électricité, pas de réseau téléphonique). On vous en parlera dans un prochain article. En attendant, voilà ce qu’on a fait ces derniers temps !

De Belen où on était, on a fait du stop sur la fameuse Ruta 40 pour aller jusqu’à Cafayate. La route étant peu fréquentée (région peu peuplée et en dehors de la saison touristique), on nous avait dit qu’il serait improbable d’arriver à Cafayate en une journée. Et pourtant, la chance nous a souri et on y est arrivé !

(NB : Cafayate se prononce à l’argentine : « ca-fa-cha-té »)



View Larger Map

Ce jour-là en stop, on s’est tiré la bourre avec Clément, un sympathique français rencontré sur le bord de la route et se déplaçant principalement en autostop en Amérique du Sud et dormant en hamac ou tente. On vous met un lien vers son blog (http://icomefromwest.tumblr.com/) et sa carte de voyage (http://icomefromwest.travelmap.fr). Hasard ou coïncidence, sur les 4 voitures qui nous ont transportés ce jour-là, on s’est retrouvés 3 fois dans la même voiture que Clément ! Pour la dernière portion, on a même essayé l’autostop à 3 (Clément se cachait quand la voiture arrivait, parce que 3 personnes c’est trop impressionnant pour un conducteur, et il se montrait si éventuellement la voiture nous prenait, genre « Surprise, en fait on est 3 !! »).
On a bien profité du paysage et de l’air vivifiant en altitude car on a fait une bonne partie du trajet à l’arrière de pick-up.
Après s’être installés dans un petit hôtel à Cafayate, on a fêté notre réussite en autostop à 3 autour d’une bière avec des empanadas !

Une super place à l'arrière d'un pick-up de Belen à Cafayate

Une super place à l’arrière d’un pick-up de Belen à Cafayate

Les commerces sont ouverts jusqu'à tard, mais tout s'arrête pour la siesta, de 13h à 17h

Les commerces sont ouverts jusqu’à tard, mais tout s’arrête pour la siesta, de 13h à 17h

Ensuite, pour notre premier jour à Cafayate, on a fait tranquille, en flânant dans les artisanats de tricot et de laine de mouton et de lama. Ensuite, on s’est intéressés à la viticulture. En effet, Cafayate est renommée en Argentine pour ses vins, alors autant en profiter ! Par contre le vin d’ici est très peu exporté, donc on ne risque pas d’en trouver chez nous. On a donc fait les visites de deux bodegas (cave) : Nanni (bio) et Vasija Secreta. Dans les deux bodegas, on a d’abord visité la partie vinification et stockage, avec explications sur les tonneaux importés de France ou des Etats-Unis, mais on a aussi appris qu’en Argentine, il est autorisé de fabriquer du vin rosé en mélangeant du rouge et du blanc. Sacrilège ! Pour se remettre de nos émotions, on a ensuite fait une dégustation de vins : ça a été l’occasion de goûter leur spécialité locale : le vin blanc d’altitude « Torrontes ». Mais on a aussi pu goûter leurs vins rouges : Malbec, Tannat, et un surprenant rouge sucré (dont on ne se souvient plus du nom !).

La bodega Nanni : non non, on n'a pas dégusté toute la gamme (mais on aurait bien aimé).

La bodega Nanni : non non, on n’a pas dégusté toute la gamme (mais on aurait bien aimé).

Il est pas beau mon gros tonneau de 16000L de vinasse ?

Il est pas beau mon gros tonneau de 16000L de vinasse ?

Le jour suivant a été dédié à une des grandes attractions touristiques de la région : la Quebrada de las Conchas. La rivière a creusé son passage au milieu des roches rougeoyantes (souvent argileuses) et la route longeant la rivière permet de voir de superbes points de vue et d’imaginer des formes sculptées dans ces roches.
On a opté pour la solution « location de vélos » : on a pris le bus public jusqu’au kilomètre 47, et fait le retour à vélo, en s’arrêtant quand ça nous chantait pour nos moult stops photos et quelques balades.

On a vu successivement :

  • La Garganta del Diablo (la gorge du diable), canyon abrupt
  • El Anfiteatro, sorte de puits immense, considéré comme sacré par les peuples locaux
  • Tres Cruces, avec un beau panorama
  • El Sapo (le crapaud), on dirait vraiment un amphibien prêt à sauter
  • Yesera, où on a fait une balade d’une heure au milieu des collines rouge vif et des canyons d’argile verte
  • El Obelisco
  • Las Ventanas, fenêtres sculptées dans la roche par le vent et la pluie
  • Los Castillos (les châteaux), gigantesques structures dans la falaise
  • La Punilla, avec une mini balade dans un paysage lunaire avec de petites grottes et des cactus

Le début était nuageux, mais on trouvait les paysages splendides. Après quelques kilomètres, le soleil a pointé son nez et on a eu grand beau temps. Impossible, en photo, de rendre hommage aux couleurs resplendissantes qui nous entouraient.
Note : après environ un an sans vélo, l’arrière-train a été plutôt douloureux le lendemain de la balade ! Mais bon, pas de regrets.

La route dans la Quebrada de las Conchas

La route dans la Quebrada de las Conchas

El Sapo (le crapaud). Non pas nous, il est derrière...

El Sapo (le crapaud). Non pas nous, il est derrière…

Dans la Quebrada, balade dans les mille-feuilles à Yesera

Dans la Quebrada, balade dans les mille-feuilles à Yesera

Yesera, le soleil arrive et les couleurs deviennent incroyablement vives

Yesera, le soleil arrive et les couleurs deviennent incroyablement vives

Toujours la magnifique Quebrada de las Conchas. Allez, on mouline, on mouline !

Toujours la magnifique Quebrada de las Conchas. Allez, on mouline, on mouline !

Los Castillos

Los Castillos

Paysage martien à La Punilla

Paysage martien à La Punilla

 

Le jour suivant, on a fait une petite randonnée le long du Rio Colorado, un peu à l’écart de la ville. On a remonté la rivière pour aller voir des cascades. Le chemin était dur à trouver car on le confondait avec les pistes de chèvres, et il y avait des passages délicats (escalade légère, vide, traversée de rivière) ; on nous avait conseillé de prendre un guide mais on a fait sans et on s’est bien débrouillés, sauf à la 5ème cascade où on a trouvé que le terrain était vraiment trop dangereux et on a fait demi-tour. Au final c’était quand même une belle balade dans un canyon, avec des cactus par milliers, des chèvres vagabondes, et un grand soleil très apprécié.

Dans la vie il y a des cactus, moi je me pique de le savoir, aïe aïe aïe, ouille, aïe aïe aïe !

Dans la vie il y a des cactus, moi je me pique de le savoir, aïe aïe aïe, ouille, aïe aïe aïe !

Rio Colorado

Rio Colorado

On a ensuite fait un passage à une ferme locale produisant du fromage de chèvre, et fait une dégustation (comment ça, c’est un cliché français de ne penser qu’au vin et au fromage ?). Incroyable, le fromage avait du goût, une première en Argentine ! Du coup on en a acheté pour les jours suivants.
Enfin, pour finir cette journée bien remplie, on a fait un restau. Et on a choisi la formule « offensive » avec « empanadas et bière » pour Xavier et « pizza et soda » pour Elsa. On aurait dû se méfier en voyant le serveur tiquer pendant la commande. En effet, chacun des plats qu’on a commandés était bien trop gros pour une seule personne ! Et la bière faisait un litre, comme le soda d’ailleurs ! On s’est ensuite laisser rouler par terre jusqu’à notre lit…

Remplissage de panse garanti avec une douzaine d'empanadas, mais ça, ce n'était que la moitié du repas...

Remplissage de panse garanti avec une douzaine d’empanadas, mais ça, ce n’était que la moitié du repas…

Le jour suivant, on a quitté Cafayate en autostop pour aller jusqu’à Salta. Mais ceci est une autre histoire…

En tout cas, vous l’avez compris, on a adoré ces quelques jours passés à Cafayate : ça a été un coup de coeur inattendu, et on avait prévu d’y rester 1 à 2 nuits, on y est restés le double sans voir le temps passer !

Vas-y wesh, le mec il prend une photo sans demander, quoi

Vas-y wesh, le mec il prend une photo sans demander, quoi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *