browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Winter is Coming (Torres del Paine)

Posted by on 28 avril 2016

Du 3 au 8 avril 2016

Nous continuons l’Amérique du Sud en compagnie de Klément. Et oui, après 10 mois sans se voir, on n’allait pas se séparer après seulement quelques jours à Ushuaia. On a décidé de faire une petite infidélité à l’Argentine pour se rendre au Chili dans le parc naturel de Torres Del Paine.


View Larger Map

On avait tellement aimé ça qu’on s’est fait le trajet retour en bus de Ushuaia à Punta Arenas puis Puerto Natales (15h au total). Arrivant tard le soir, on avait réservé un hôtel au hasard sur internet. C’est comme ça qu’on s’est retrouvés au « Melinda ». Heureusement que c’était seulement pour 2 nuits car dans la catégorie hôtel miteux, il pourrait décrocher la palme d’or ! Entre les fils électriques dans la cabine de douche (Cloclo, si tu nous entends…), les logeurs qui regardent la télé jusqu’à 5h du matin, et la couche de crasse dans la cuisine commune, c’était vraiment limite. Heureusement, pour compenser, le petit déjeuner était copieux et on a nous-mêmes fixé le prix de la nuité. 🙂

Après quelques courses en ville, on est partis pour le Parque Nacional Torres del Paine. Inscrit au patrimoine de l’UNESCO, c’est une des merveilles de la Patagonie. Parmi plusieurs choix de randonnées, on s’est lancés dans un circuit de 6 jours : le « W » (sur la carte, le trajet dessine un W).

Le bus nous a emmené de la ville au parc national. Mais du coup, on a seulement pu commencer à marcher à 11h30. Pour faire 27km, avec nos sacs à dos remplis de nourriture pour 6 jours, un peu dur pour commencer… Malgré la longueur de la journée, on a quand même profité d’une super météo, en marchant seuls au milieu des steppes avec les montagnes lointaines. Les pics rocheux « Torres del Paine » ressemblaient à des biscuits dont l’extrémité a été trempé dans le chocolat ! Le glacier suspendu de « Grande del Paine » était aussi impressionant.

Dans les plaines de Torres del Paine

Dans les plaines de Torres del Paine

Lac Pehoe, glacier suspendu de Cierro Grande del Paine, et à droite Vallé del Francès

Lac Pehoe, glacier suspendu de Cierro Grande del Paine, et à droite Vallé del Francès

La première nuit au campement du lac Grey a été fraiche… Très fraiche ! Et Xavier a bien compris qu’en Patagonie, c’est une mauvaise idée d’oublier son sac en soie quand on n’a pas un duvet prévu pour les grands froids ! Heureusement, pour lutter contre le froid en soirée, on a pu faire quelques parties de Kobo endiablées, à 3 dans la tente, chacun dans son sac de couchage ! Accompagnant Klément, on a aussi continué le régime végétarien, et rien de tel pour se réchauffer qu’un bon porridge matinal avec des frutos secos !

Le lendemain, on s’est fait une journée sans sac à dos pour aller admirer le glacier Grey. C’est en fait une des terminaisons du « Hielo Campo Patagonia Sul », la troisième calotte glaciaire du monde après l’Antarctique et le Groënland ! Du coup, à marcher le long du glacier, on n’était pas près d’en voir le bout : il est immense, et magnifique ! D’autant plus qu’on marchait également près de la langue glaciaire, à l’endroit où il se jette dans l’immense lac Grey, où dérivent les icebergs.

L'immense glacier Grey se jette dans son lac glaciaire

L’immense glacier Grey se jette dans son lac glaciaire

Klément cherche lequel de ses 5 objectifs va lui donner la photo parfaite

Klément cherche lequel de ses 5 objectifs va lui donner la photo parfaite

 

Les jours suivants ont été plus raisonnables sur la longueur des étapes. Après une deuxième nuit au campement Grey, on est allés au camp « Italiano ». On a ensuite monté la « Vallé del Francès », un des plus beaux points de vue du circuit… en théorie. Malheureusement, pour nous, ça a été tempête de neige et blizzard. Arrivés au « mirador » (point de vue), on a eu un peu de ciel bleu le temps de faire quelques photos sur les pics de la vallée. Après ça, on est vite redescendus vers de moins froides contrées. Heureusement, le soir, on campait près d’un « refugio ». Gros avantage : la douche chaude après une journée dans le froid, ça fait vraiment du bien !

Vallé del Francès... C'est beau mais glagla !

Vallé del Francès… C’est beau mais glagla !

Lac Nordenskjöld et collines plissées

Lac Nordenskjöld et collines plissées

Le lendemain, 5ème jour, on a commencé sous le soleil à longer le lac Nordenskjöld (à tes souhaits !), et admirer la rive opposée, avec ses collines plissées. Après, on a commencé à monter en altitude, et les choses se sont gâtées car il s’est mis à pleuvioter, puis à neiger franchement. En arrivant au campement « Torres », on était gelés et trempés. Un seul sujet de discussion pour les randonneurs : le froid et les comparaisons des vêtements techniques en prévision de la nuit à venir.

Montée à Torres del Paine sous la neige, le moral est en chute libre

Montée à Torres del Paine sous la neige, le moral est en chute libre

Le campement Torres et son ranger de bois

Le campement Torres et son ranger de bois

En effet, la nuit a été terriblement froide. Et comme tout le monde, on s’est levés très tôt pour aller voir le lever de soleil. Le reveil était d’ailleurs, pour une fois, une délivrance, vu le froid de la nuit. Après une heure de marche sur le chemin gelé à la frontale, on a attendu au point de vue, emmitoufflés dans nos sacs de couchage. Les fameuses « Torres del Paine » sont censées s’enflammer à la lumière du lever de soleil, mais ce jour là, pas de bol car en plus du froid, le brouillard a masqué le spectacle tant espéré.

Choisissez votre légende : attente du lever de soleil / dehors les romanos !

Choisissez votre légende : attente du lever de soleil / dehors les romanos !

Les fameuses Torres del Paine avec leur lac (glaciaire)

Les fameuses Torres del Paine avec leur lac (glaciaire)

Lever de soleil sur la base des Torres, le haut est dans le brouillard, mais c'est quand même magnifique

Lever de soleil sur la base des Torres, le haut est dans le brouillard, mais c’est quand même magnifique

Après ça, on est redescendus dans la plaine et des températures plus acceptables, pour ensuite reprendre le bus pour Puerto Natales. Après 105km de marche en 6 jours, et autant de froid, on a décrété qu’on avait le droit de se prendre un jour de « siesta » en compagnie de Klément avant de se séparer et de retourner en Argentine.

Le lendemain de la randonnée : grosse siesta !

Le lendemain de la randonnée : grosse siesta !

Et pour rester sur un fil rouge du blog, on vous fait un petit point sur les animaux rencontrés :

  • on a croisé foison de guanacos (cousin du lama)
  • des immenses condors nous ont survolé
  • les pics de magellan étaient encore au programme. On les a en vidéo ici cette fois-ci.
  • on a croisé plein de rapaces occupés à pousser leurs cris de Nazgûl
  • on a vu de loin un zorro (renard)
  • on a vu un huemul (sorte de gros cerf) au détour de la forêt
  • seule absence notable : pas de puma, pourtant on a été attentifs !

Quant à épiloguer sur cette randonnée, ça a été physique et on a eu froid, mais les paysages en valaient quand même la peine. Par contre, on a bien senti que l’hiver s’installait en Patagonie et qu’il valait mieux éviter de s’y trouver aux moments les plus froids de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *