browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Une étape à Sydney

Posted by on 3 avril 2016

Du 20 au 25 mars 2016

Ca y est, c’est officiel, on a quitté la Nouvelle-Zélande. Nos hôtes de WWOOFing, Pete et Christina, nous ont gentiment amenés à l’aéroport d’Auckland. Le vol pour Sydney a été rapide, même si l’attente a été longue aux douanes australiennes…
On n’avait que 4 jours entiers à Sydney, c’est peu pour cette grande ville et il a fallu faire des choix.


View Larger Map

On a été hébergés par Anais, la soeur d’un certain M. Karien, qu’on devait rejoindre peu de temps après. Anais vit en colocation près de la plage mythique de Bondi Beach. On a reçu un très bon accueil de la part d’une sympathique bande d’expatriés, avec un repas cuisiné par Anais et des conseils de rando par la colocataire Corinne.
Par contre, on pensait commencer par la visite de Sydney mais la météo était mauvaise à notre arrivée. On a donc décidé d’aller dans les fameuses Blue Mountains, où la météo semblait meilleure.
Anais et ses colocs nous ont laissé les clefs de chez eux car on y repassera 2 nuits plus tard, c’était super.

Les Blue Mountains sont à 2h de train de Sydney, ce qui est incroyablement proche de la ville quand on connaît les distances et temps de transports en Australie. Au départ, on pensait peut-être faire une rando sur 2 jours mais vu que l’on avait que 2 jours sur place, on a préféré faire plusieurs petites randos qui nous permettaient de découvrir plus de variété. On s’est trouvé un petit campement de base où on a planté la tente.

On a commencé la découverte à Echo Point à Katoomba avec de belles vues sur les montagnes. Les Blue Mountains, ce sont des falaises impressionnantes surplombant une immense forêt d’eucalyptus dans les plaines/canyons. Visiblement, chauffés par le soleil, les eucalyptus libèrent des huiles qui colorent l’air en bleu. Bon, effectivement, c’était un peu bleu, mais c’est mieux avec un peu d’imagination. La météo était meilleure qu’à Sydney, mais ce n’était pas la panacée.

Vue sur les Blue Mountains. Si, si, dans le fond, c'est un peu bleu !

Vue sur les Blue Mountains. Si, si, dans le fond, c’est un peu bleu !

De Echo Point, on a accédé aux « Three sisters », 3 piliers rocheux photogéniques dépassant des falaises puis aux « Katoomba Falls » en longeant la falaise.

The Three Sisters / Les trois soeurs

The Three Sisters / Les trois soeurs

Ensuite, on a rejoint le village de Blackheath en train. Le lendemain, on a fait une rando sur la matinée à Porter’s Pass et Centennial Glen : on a descendu les falaises (plutôt raide la descente) pour les longer par le bas avec une remontée par un petit canyon. C’était calme : on n’a rencontré personne sur les sentiers, même si on a observé quelques cordées d’escaladeurs.
L’après-midi, on a admiré une haute cascade, enchâssée dans des falaises en forme de fer à cheval à cet endroit. D’ailleurs la cascade s’appelle « Horseshoe », incroyable ! De là, on surplombait une autre vallée avec des immenses falaises, et des forêts d’eucalyptus, mais toujours pas de koala en vue !

Enfin, on ne peut pas parler des Blue Moutains sans parler des oiseaux. En effet, on a (encore) fait une étape ornithologique : on avait rencontré le Sulfur-Crested Cockatoo en zoo en NZ, mais c’était plus sympa d’en voir voler par dizaines, et surtout en liberté. Cet oiseau semble très commun en Australie mais n’en reste pas moins magnifique : grand, d’un blanc pur, avec une crête jaune, il émet un son très fort. Autre piaf, le Kookaburra (sorte de martin-pêcheur géant) émet un son similaire à un rire de singe. Oui, on sait, ce n’est pas évident d’imaginer quand on ne l’a pas entendu mais une fois que vous l’aurez entendu cela paraît évident ! En tout cas son chant/rire est plutôt communicatif et vous met de bonne humeur pour la journée. On a également vu beaucoup de Parakeet (perruches) colorées.

Le magnifique Sulfur-crested Cockatoo

Le magnifique Sulfur-crested Cockatoo

Rosella

Rosella

Kookaburra : martin-pêcheur géant, au rire particulier

Kookaburra : martin-pêcheur géant, au rire particulier

Après ça, on a eu une courte nuit car le lendemain, le train nous a ramené (très) tôt à Sydney pour visiter la ville.
On a bien évidemment commencé par le fameux opéra de Sydney, qu’on a vu sous toutes les coutures, avec son architecture très particulière. Du même endroit, on pouvait voir le « Harbour Bridge », monumental, dont on a fait la traversée à pied.
Depuis Circular Quay, on a pris les ferries pour voir la baie, les transports en commun sont vraiment efficaces et peu chers, avec en prime une superbe vue panoramique.

THE opéra of Sydney

THE opéra of Sydney

Belle vue sur la baie de Sydney

Belle vue sur la baie de Sydney

On a ensuite visité le Zoo Taronga en guise de cadeau d’anniversaire pour Elsa. Il est dans un immense parc où on accède en bateau. On y a vu un grand nombre d’animaux, dont :
– des crocodiles, c’est vraiment sympa comme pays l’Australie…
– un python constrictor en plein repas (= comprenez qu’il se désarticule la mâchoire pour gober un cochon de lait…), très impressionnant
– des koalas, mignons mais endormis (c’est pas très futé un koala, parce que ça ne mange que de l’eucalyptus, qui est toxique et ne lui apporte que très peu d’énergie, mais bon allez savoir…)
– des kangaroos nonchalants
– des wallabies
– des wombats, un rare marsupial australien, dont un avec bébé dans sa poche. TROP MIGNON TOUT PLEIN J’EN VEUX UN (dixit Elsa)
– des ornithorynques (platypus) : on pourrait croire que c’est le croisement entre un castor et un canard. Cette étrange bestiole est un mammifère qui pond des oeufs, qui a du venin (que les mâles) et qui se repère non pas par la vision mais par une détection du champ électrique ! (Certains disent d’ailleurs que c’est le but secret du CERN…)
– un spectacle de phoques (pas lazys cette fois-ci)

Angry Bird

Angry Bird

Dur dur la vie des kangaroos

Dur dur la vie des kangaroos

Echidnée en plein étirement

Echidnée en plein étirement

Pourquoi c'est 1 koala ton image?

Pourquoi c’est 1 koala ton image?

Pour visiter Sydney, on a joint un Free Walking Tour, qui propose des visites gratuites (« I’m Free », pourboire apprécié). La ville est pleine d’ibis, pas farouches, ça change des pigeons, mais gare à ces voleurs de nourriture !
En pique-niquant avec vue sur l’opéra, on a assisté au business du mariage : de jeunes mariés asiatiques posaient pour leurs photos de mariage.

Dans Sydney, une oeuvre artistique en mémoire des oiseaux chassés de la région par les constructions humaines

Dans Sydney, une oeuvre artistique en mémoire des oiseaux chassés de la région par les constructions humaines

Un pique-nique sympa

Un pique-nique sympa

A Sydney, comme dans les Blue Mountains, on a trouvé les gens sympathiques, et qui cherchaient à aider alors qu’on n’était même pas encore en difficulté. Par contre, ça se passait mal en terme d’accent ; on avait entendu les NZ se moquer des australiens à ce sujet, on a mieux compris pourquoi car l’accent australien est vraiment prononcé, et on avait l’impression que les gens parlaient du nez tout le temps.

Le dernier jour, avant de prendre l’avion, on est allés assister au lever du soleil sur Bondi Beach : c’était magique, le ciel coloré en rouge, avec comme décors une belle plage de sable fin. C’était aussi le rendez-vous des surfeurs qui s’y pressaient par dizaines.

Bondi beach au lever du soleil

Bondi beach au lever du soleil

Après ça, fini l’Océanie, et rendez-vous bientôt en Amérique du Sud !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *