browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Arthur’s Pass

Posted by on 22 février 2016

Du 7 au 8 février 2016

On a fait un petit écart sur notre remontée fantastique. En effet, on avait entendu beaucoup de bien d’Arthur’s Pass National Park ; notamment sur les paysages et… les randonnées (pour changer !). Et puis, un National Park, ça ne se refuse pas. On n’a donc pas pu s’empêcher d’y aller.



View Larger Map

Arthur’s Pass est un des rares cols permettant de passer de la région Est à la West Coast. Ancien passage maori pour aller chercher (à pied) la fameuse Pounamu (jade), c’est aujourd’hui une autoroute (enfin, ce qu’on appelerait une départementale en France), montant à 920m au col.

Pour y aller, on a fait la route dans les nuages, ce qui nous a stressé car le lieu est connu pour ses précipitations, et tout ce qu’on prévoyait d’y faire était peu intéressant voire dangereux en cas de pluie. En se réveillant au camping proche du parc, c’était gros brouillard, de couleur étrange par endroits (bleu profond), donc on craignait le pire. Mais après renseignements au DoC : « Ce brouillard, c’est signe de beau temps ! Ca devrait se dégager d’ici 30 minutes. » (logique kiwi !). En effet, le temps de quelques bavardages et dehors un grand ciel bleu s’était installé, incroyable !

Donc, c’est parti pour monter à Avalanche Peak. En été, pas de risque desdites avalanches, mais pour faire les 1100m de dénivelé, on a le choix entre 2 sentiers : un très raide, et un encore plus raide. Du coup on a fait le moins raide des deux, mais on l’a quand même senti passer 😉 Après une première partie dans les bois, on a ensuite grimpé dans les tussocks, pour finir sur une arête rocheuse bien raide avec le vide des deux côtés, mais heureusement le sentier était bon.

Quoi ? On va vraiment là-haut ?!?

Quoi ? On va vraiment là-haut ?!?

Concentration... Faire un pas de travers n'est pas une option

Concentration… Faire un pas de travers n’est pas une option

On a été récompensés de la sueur versée : à presque 1900m d’altitude, il y a une vue à 360° sur les environs : les sommets des montagnes alentours, des glaciers, des immenses vallées et de grandes chutes d’eau.

Au sommet d'Avalanche Peak

Au sommet d’Avalanche Peak

Vue depuis Avalanche Peak

Vue depuis Avalanche Peak

La randonnée est assez populaire donc il y avait foule au sommet, mais pas question de pique-niquer ailleurs car les clowns des montagnes sont présents, j’ai nommé les kéas (si vous ne savez pas ce qu’est un kéa, vous serez fouettés, allez vite lire l’article d’Elsa : Piaf Story 2, ou au moins la partie Kéa). Les spécimens de cette espèce menacée savent qu’ils peuvent glaner des miettes de nourriture des randonneurs, voire se faire nourrir (malgré les interdictions : Do not feed keas) et on a plusieurs kéas qui sont venus nous voler autour, et roder autour de nous. Attention aux sacs car la bestiole est maligne, et comme dit le ranger du DoC, « Attention, si vous prenez en photo un kéa, il y en a surement 5 autres qui s’attaquent à votre sac à dos que vous avez laissé derrière vous ». Enfin bref, la pause a durée longtemps et était très divertissante.

Les kéas lancent l'attaque sur les randonneurs endormis

Les kéas lancent l’attaque sur les randonneurs endormis

Kéa photogénique

Kéa photogénique

La redescente était un peu moins drôle, surtout pour les genoux mais on pouvait se distraire en observant la superbe chute d’eau « Devil’s Punchball Falls » en contrebas. Du haut de ses 130m, c’est la plus haute de l’île, Fiordland excepté. Une fois en bas, on est allés faire une mini-excursion pour aller l’admirer de plus près.

Devil's Punchball Falls

Devil’s Punchball Falls

Après cette journée sous le signe de la marche et de la chaleur, et avant d’aller à notre camping, on a fait une mini-excursion à Twin Creek, un torrent du coin à l’écart des touristes. On a fait ce qu’on considère comme la meilleure baignade du voyage : l’eau n’était pas froide, limpide, il n’y avait personne, on avait des mini chutes d’eau à effet relaxant et des piscines naturelles pour se baigner. On en est ressortis comme après une séance de massage, et propres comme un sou neuf !

Twin Creek gagne le césar de la meilleure baignade en NZ

Twin Creek gagne le césar de la meilleure baignade en NZ

La nuit en camping près d’Arthur’s Pass s’est bien passée. On avait une crainte : que les kéas s’attaquent à notre voiture. C’est monnaie courante qu’ils arrachent les joints des portières et trouent les toile de tente, mais rien ne nous est arrivé, ouf !

Le lendemain, petite randonnée à Bealey Valley, en remontant le lit d’une rivière pour observer des chutes d’eau. De là, on voyait la réputée station de ski « Temple Basin ». Pour skier ici, il faut avoir la niaque : la route est trop raide pour les voitures, alors en hiver, il faut monter 200m de dénivelé à pied dans la neige, en portant ses skis, pour accéder aux 1 ou 2 remontées mécaniques de la station. Hardcore kiwi !

On est redescendus en voiture sur le Canterbury en longeant des immenses rivières bleues, on ne s’en lasse pas. Arrêt obligatoire à Castle Hill, où se trouve un grand nombre de rochers calcaires sculptés par l’érosion. C’est le paradis des escaladeurs, sur corde ou sur bloc. Pas mal de scènes du film Narnia ont été tournées à cet endroit. Ca se comprend : on a joué aux explorateurs un certain temps, à escalader les blocs et chercher les formes étrange dans un paysage si irréel qu’on se serait crus dans un ailleurs.

Castle Hill / Kura Tawhiti

Castle Hill / Kura Tawhiti

C'est parti pour l'exploration

C’est parti pour l’exploration

On se croirait sur la lune

On se croirait sur la lune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *