browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

L’Otago et Dunedin

Posted by on 23 janvier 2016

Du 8 au 11 Janvier 2016

Allez, cette fois on quitte vraiment nos glaciers et nos montagnes pour se diriger vers Dunedin et découvrir la partie centrale et Est de l’Otago. Se dirigeant vers l’Est, la région devient vite très sèche avec des étendues de montagnes remplies de tussock, beaucoup de poussière et également beaucoup de vignobles.



View Larger Map

On devine bien que tout ce paysage a été sculpté pendant la période glaciaire (grandes plaines, vestiges de moraines…).
L’Otago central a lui aussi, comme beaucoup de régions en NZ, connu sa ruée vers l’or (dans les années 1860) et on a pu visiter un ancien site. Bendigo, perdu au milieu des plaines et montagnes, est un village fantôme où il ne reste que quelques vestiges de la ruée vers l’or. On a pu y voir les ruines d’anciennes maison de mineurs, d’installations de forages, d’anciens puits d’accès aux mines ou encore les ruines d’un hôtel de luxe.

Bendigo et ses ruines de chercheur d'or

Bendigo et ses ruines de chercheur d’or

Une fois la côte atteinte, direction les Moeraki Boulders. Ce sont d’énormes rochers sphériques posés on ne sait comment sur la plage de sable.
C’est magnifique, très photogénique et impressionnant. On découvre de grosses boules de roche, très régulières, lisses, plus ou moins enterrées sur le sable, déposées là comme par magie. C’est une réserve scientifique.

Séance méditation sur les boulders

Séance méditation sur les boulders

Nous sur les boulders !

Nous sur les boulders !

Apparement, avant, il y en avait beaucoup plus et surtout de plus petits mais ils ont été donnés en cadeau donc il ne reste que les plus gros, indéplaçables (oui, 7 tonnes, ça pèse lourd !).

Tu n'me vois pas?

Tu n’me vois pas?

Au début, on pensait que ces immenses cailloux ronds avaient été crées par l’érosion de la mer. Mais apparement les boulders se forment dans le sol par agglomération de matériaux. L’érosion de la mer n’a ensuite que le rôle de les mettre au grand jour.
Au final, cela donne des demi-sphères dépassant du sable, plus ou moins hautes, et parfois des shpères éclatées.

Un boulder éclaté

Un boulder éclaté

Les scientifiques ont grillé pas mal de leurs neurones pour trouver l’origine de la formation de ces roches. Au début c’était plutôt du genre : des extraterrestres ont déposé des oeufs sur le sable mais à cause du climat, ils n’ont pas éclos (ouf !).
De ce que j’ai compris (pas grand chose finalement !), à la base, il faut un fossile ou un truc solide autour duquel se forme un noyau de boue fossilisé. Puis des dépots de calcite viennent s’agglutiner autour. C’est un peu sur le même principe que les perles d’élevage où l’on met initialement une impureté dans l’huître qui forme sa nacre autour. Pour les boulders, le processus prend 60 millions d’années. C’est assez fascinant et désolé si je m’emporte géologiquement parlant (Mite et Thibaud me liront jusqu’au bout, ça fait au moins deux…). Mais, et heureusement car cela garde un côté mystique, certains points sont encore à éclaircir, comme leur forme pafaitement ronde et sphérique.
Ils ont même retrouvé dans un des boulders un squelette fossilisé d’un plésiosaure (plus de 10m de long la bestiole).
Bref, les boulders, ça nous a beaucoup plu.

 

Après tout ce minéral et cette overdose de géologie, direction Katiki point, quelques kms au sud des boulders. Le phare, la plage, l’océan, tout ça, tout ça, c’est bien, c’est beau mais on n’est pas venu ici pour ça ! Nous, on est venu voir les Yellow Eyed Penguins 😉 aussi appelés manchots antipode.
On avait choisi la « penguin happy hour » (non, ce n’est pas des bières gratuites), en fin d’après-midi, quand les penguins rentrent de la pêche. Eh oui, il n’y a pas que les humains qui bossent dur… Le site aménagé par le DoC est une réserve où une colonie de pingouins a été réintroduite avec grand succès. Ils sont protégés par une clôture et on peut les observer cachés dans une cabane un peu en hauteur de la plage. Il est considéré comme un des manchots les plus rares du monde (espèce menacée aussi 🙁 ), et vit exclusivement dans le sud de la NZ, chanceux qu’on est !
Une fois à notre poste d’observation, ils ne se sont pas fait prier et on a pu en admirer plusieurs sortir de l’eau ou bien se faire sécher au soleil. C’est comme dans les dessins animés ou les documentaires animaliers, c’est assez maladroit sur le sol donc plutôt drôle. Parfois on aurait dit qu’ils étaient en plastique ! On a pu les observer de très très près, c’etait génial. En tout, on en a vu peut-être une trentaine.

On vous présente Mr et Mme Yellow Eyed Pinguins

On vous présente Mr et Mme Yellow Eyed Pinguins

Elsa n’arrivait pas à décrocher ! C’était la saison des jeunes, et on a aussi pu en observer, on dirait un gros coussin tout doux qu’on a envie de serrer dans ses bras !

Suivi de la famille pingouin ! Belle peluche le petit à gauche n'est-ce pas ?

Suivi de la famille pingouin ! Belle peluche le petit à gauche n’est-ce pas ?

 

Bon, toute cette nature c’est beau mais il faut équilibrer aussi. Donc parlons un peu de Dunedin, une des grosses ville de l’Île du Sud. Les mecs, en 1848, ils ont craqué quand ils ont construit une ville ici, enfin surtout un capitaine écossais qui s’est dit « tiens, si je faisais une ville en NZ exactement sur le même plan qu’Edimbourg. Et du coup je pourrais lui donner le nom écossais d’Edimbourg : Dunedin. »
C’est un beau challenge et cela a donné une entrée dans le livre guinness des records avec la rue la plus pentue du monde : Baldwin street. Une rue de 350m de long avec une pente de 35% sur certaines parties. A pied, ça va, en rollers je tenterai pas…

Baldwin street. Promis aucun trucage photo, la pente était comme ça. La maison est de type Mondrian !

Baldwin street. Promis aucun trucage photo, la pente était comme ça. La maison est de type Mondrian !

La ville de Dunedin est aussi très dynamisée par les étudiants avec l’université d’Otago, la plus vieille université de NZ.
Dunedin nous a fait bonne impression et on s’est sentis bien dans cette ville (ce qui n’est pas le cas des villes de NZ en général). On l’a visité sous un regard différent des circuits touristiques habituels. En effet, on a trouvé un plan de la ville où étaient inscrits les sites de Street Art, discipline en plein essor ces dernières années dans la ville. C’était très sympa.
Voici un petit florilège des oeuvres rencontrées.

Street Art à Dunedin. L'artiste s'appelle Phlegm

Street Art à Dunedin. L’artiste s’appelle Phlegm

Autre example de street art. Par Fintan Magee

Autre example de street art. Par Fintan Magee

Un personnage imaginaire mi oiseau mi humain (inspiré du Kakapo, un oiseau NZ). Par Phlegm.

Un personnage imaginaire mi oiseau mi humain (inspiré du Kakapo, un oiseau NZ). Par Phlegm.

Pour plus d’infos sur le Street art à Dunedin : http://dunedinstreetart.com/

Et pour revenir dans le tourisme classique mais incontournable pour nous : la visite de la Cadbury chocolate factory ! Au top, surtout niveau dégustation et cascade de chocolat !

Mon précieux ... les silos remplis de chocolat de l'usine Cadbury !

Mon précieux … les silos remplis de chocolat de l’usine Cadbury !

Tout près de Dunedin, il y a la péninsule de l’Otago, assez sauvage avec ses falaises de grès et son paysage côtier sculpté par l’érosion. L’endroit est très venteux et donc prisé par les albatros, notamment le Southern Royal Albatros, deuxième plus grand albatros avec pas moins de 3 mètres d’envergure pour 6 à 10kg ! Ca calme, surtout les mouettes qui ne rient plus à côté de lui… Leur vol dans les airs est assez caractéristique et ressemble à celui d’un planeur, calme, posé mais efficace.

Le gros truc dans le ciel c'est un Northern Royal Albatross

Le gros truc dans le ciel c’est un Northern Royal Albatross

C'est discretement venteux la région !

C’est discretement venteux la région !

En partant de cette agréable ville, dernier arrêt à Tunnel beach. C’est un tunnel creusé à la main dans les falaises par un papa pour permettre à ses enfants d’accéder à la plage. Belle histoire. Le tunnel est creusé dans les falaises de grès, typiques des paysages locaux et donne accès à une petite plage enchassée et charmante.

Le tunnel

Le tunnel

L'arrivée sur la plage après avoir emprunté tunnel beach

L’arrivée sur la plage après avoir emprunté tunnel beach

4 Responses to L’Otago et Dunedin

  1. robin

    J’ai bien aimé le rocher avec ta tête et aussi quand le lion de mer a attaqué Xavier.
    Gros bisous
    Robin

  2. Thibaud

    J’ai tout lu !!!!!!!

    C’est trop bien ces boules de pétanques ! Et ouai ça m’étonne pas ce que vous écrivez sur la formation de ces rochers, … bref, j’arrête la géol 😉

    Une fois de plus, merci pour le partage de vos aventures géniales !

    Bises !

    • dukiliaukiwi

      Pour la pétanque t’as intérêt à être musclé vu la taille des boules 😉
      Et maintenant que tu es un sudiste, c’est toi qui fournit le pastis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *