browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

La ouais cost (ou West Coast c’est mieux)

Posted by on 10 janvier 2016

La West coast… la West coast… qu’en penser ?

Eh bien, on ne sait toujours pas, mais bizarement notre cerveau n’a tendance, avec le temps, qu’à garder les bons souvenirs.
Mais ne nous mentons pas, il y a aussi des mauvais passages.

On va commencer par un des bons côtés de la West coast.
On était pénards ! Avec 1 habitant par Km2, on n’était pas oppressés. C’est en effet une des dernières région de la NZ à avoir été peuplée. Et pour cause, quand on arrive de la mer, c’est des falaises, des grosses roches dans la mer et une mer agitée qui n’ont pas du donner envie aux explorateurs d’accoster. Et même s’ils arrivaient à terre, la deuxième étape était de franchir le mur de montagnes (les Alpes du Sud) qui séparent la région du reste de l’île du Sud. Vous l’aurez compris, la West coast est une bande de terre sauvage coincée entre la capricieuse mer de Tasman et la chaîne des Alpes.

Les montagnes, plutôt géométriques, de la West Coast

Les montagnes, plutôt géométriques, de la West Coast

On n’aura donc, pendant ces 15 jours de pélerinage, croisé que peu de kiwis. Il fallait aussi bien calculer où faire le plein d’essence ou de nourriture, parce qu’on passait des fois 443km sans essence !!
Globalement, ça ne nous a pas dérangé d’y rester un moment. On était un peu en dehors des sentiers battus du gros tourisme.

Camping du soir, espoir

Camping du soir, espoir

Les paysages sont à faire surchauffer les plus performants appareils photos ! Ils se composent principalement de mer avec de grosses vagues, de plages ventées mais aussi de falaises sculptées par les intempéries et de forêt dense couvrant les montagnes environnantes. Les plages n’invitent pas à la baignade à cause du climat et des courants mais elles sont magnifiques, souvent faites de galets gris.
On vous met une infime sélection des 1700 photos qu’on a prises (le tri a été dur…).

Paysage typique de West Coast

Paysage typique de West Coast

Autre paysage de West Coast

Autre paysage de West Coast

Comme exemple d’érosion, on peut citer les Pancakes rocks. Ce sont des roches calcaires qui ont été usées par le temps, les marées, les vents et ressemblent au final à un empilement de crêpes ! Miam miam.
On a essayé de reproduire notre propre pancake en bord de mer, sur une plage de galets.

Les pancakes rocks

Les pancakes rocks

Pancakes de fabrication maison !

Pancakes de fabrication maison !

La magie de l'érosion

La magie de l’érosion

Les rochers de bord de mer laissent aussi place à l’imagination, et on peut y voir des figures humaines parfois…

Nous on y voit une tête de profil ! Et vous ?

Nous on y voit une tête de profil ! Et vous ?

Dans le Nord de la West coast, il y a eu une grosse exploitation de charbon et on a pu se ballader sur des anciens sites, c’était sympa.

Les chariots de charbon, vides

Les chariots de charbon, vides

La région a aussi connu une grosse ruée vers l’or vers 1860. On a rencontré des « vieux de la vieille » dans un village paumé qui nous ont montré leurs plus beaux trésors (pépites, pyrite, pierres précieuses…) et cela nous a donné envie de tenter notre chance. Après tout, peut-être qu’on a plus de chance de trouver une pépite que de gagner au loto. D’ailleurs, pépite en anglais ça se dit « nugget », comme chez Mc Donalds ! On a donc acheté notre équipement de chercheur d’or (une sorte d’assiette en plastique noire) et on a pu aller sur quelques rivières où il est autorisé de chercher de l’or ! Après de nombreux efforts et aussi quelques fausses joies, Xavier a trouvé non pas un nugget mais une paillette d’or! Enfin à l’heure actuelle on n’est même pas sûrs que c’est du vrai or mais on y croit, c’est l’essentiel 😉

Xavier en mode chercheur d'or : "Mais si je te jure, j'ai vu des paillettes..."

Xavier en mode chercheur d’or : « Mais si je te jure, j’ai vu des paillettes… »

LA paillette d'or ! Si si au milieu là où c'est sec...regardez bien...

LA paillette d’or ! Si si au milieu là où c’est sec…regardez bien…

En parlant de minéraux, la West coast est aussi connu pour la Pounamou, une roche précieuse très prisée et sacrée pour les maoris. Quelques rivières sont des lieux connus où en trouver et la ville de Hokitika a su en faire l’exploitation. Ils en font surtout des bijoux pour les touristes asiatiques (aussi connus sous le nom de cars de Japochinois). La roche est verte et assez dure (seul le diamant peut la sculpter). En se balladant le long d’une rivière, on a cru en trouver et devenir riches mais après avoir montré nos trésors dans une boutique, ce n’était que de la serpentine ! M’en fout, c’était beau !

Les différents stades de taille d'un pendentif en Pounamou

Les différents stades de taille d’un pendentif en Pounamou

En plein milieu de la West coast, on est tombés sur un OVNI de la nature, comme ça arrive en NZ, à savoir la Hokitika Gorge. C’est une rivière d’un bleu surnaturel, turquoise et opaque/laiteux. J’arrête de décrire c’est mieux en photos. C’était époustouflant, et il faut préciser qu’on y est allés par temps gris ! La couleur de l’eau est liée, entre autres, à de la farine de roche (roche broyée par un glacier) et les minéraux transportés par les glaciers. Mais je pense que c’est plutôt glagla de s’y baigner.

Hokitika gorge

Hokitika gorge

Dans le genre sorti de nulle part aussi, on a été voir des sources d’eau chaudes émergeant en plein milieu d’une vallée, cela nous a rappelé qu’on se situait sur une faille géologique.

Pour finir sur les OVNIs, on a admiré des glow worms (vers luisants dans les caves) de nuit. Ca rend comme un ciel étoilé c’est super !

Glow worms

Glow worms

La faune locale était très variée et sauvage aussi. Bien entendu, les phoques étaient au rendez-vous avec le fameux phoque-sphinx !

LE phoque sphinx, une espèce en voie de disparition...

LE phoque sphinx, une espèce en voie de disparition…

Mais aussi des moutons Rabbi Jacob, à en faire pâlir les classiques moutons néozélandais.

Le mouton Rabbi Jacob, en voie de disparition aussi...

Le mouton Rabbi Jacob, en voie de disparition aussi…

Des créatures maritimes…

Anémone, Anémone

Anémone, Anémone

Meeting d'étoiles de mer !

Meeting d’étoiles de mer !

Ou bien des vaches un peu trop curieuses. On a laissé la voiture sans surveillance le temps d’une rando et à notre retour elle avait disparue au milieu d’un troupeau de vaches qui ne se sont pas gênées pour faire un « gros gratt gratt » sur la carosserie, nous laissant une belle poussière au passage ! De loin, on les a vues … elles nous ont vus… et elles nous ont regardés, les yeux innocents, l’air de dire « Mais non, c’est pas nous toutes ces traces sur votre voiture » !

"Non, on n'a rien fait "

« Non, on n’a rien fait « 

On a aussi fait notre première rencontre avec les kéas ! On en reparlera plus longuement dans un article sur les oiseaux mais pour faire court ce sont des perroquets alpins très très intelligents.

Bon, jusqu’ici, la West coast, ça envoie du rêve n’est ce pas ?
Mais ce qu’on ne voit pas sur les photos ce sont les SANDFLIES. La West Coast est le sanctuaire de ces vampires. Ce sont de petites mouches noires.

Les invitées du soir, les sandflies. Enfin elles se sont invitées toutes seules :(

Les invitées du soir, les sandflies. Enfin elles se sont invitées toutes seules 🙁

Les femelles, uniquement, vous piquent parce qu’elles ont besoin de protéines de notre sang pour faire leurs oeufs. Malheureusement, la plupart du temps, on ne sent la sale bête que lorsqu’on a deja été piqué et après c’est parti pour des jours/semaines de grattage intensif. C’est l’horreur. Des fois, alors qu’il faisait beau dehors, on était obligés de manger dans la voiture pour éviter l’attaque de sandflies et malgré nos précautions elles rentraient dans l’habitacle, si bien que le soir on se faisait des sessions « massacre à la tronconneuse ». Notre record de sandflies tuées dans la voiture en une soirée est de : 160 !

L'accoutrement anti-sandflies, leçon 1

L’accoutrement anti-sandflies, leçon 1

L'accoutrement anti-sandflies, leçon 2

L’accoutrement anti-sandflies, leçon 2

Et l’autre chose qu’on ne voit pas sur les photos, c’est la météo pourrie ! Oui, parce que dame nature a offert à la région un climat avec 170 jours de pluie par an … Même pour les nuls en maths, le calcul est vite fait, ça fait environ 1j/2 de pluie. Et attention, méfiance, le jour sans pluie ne veut pas dire forcément grand soleil mais le plus souvent est synomyme de temps gris/jour blanc. On avoue que la première semaine, ça a été dur. La pluie a presque eu raison de nous mais la deuxième semaine nous a honoré d’un magnifique soleil, inhabituel ici ! Après, le temps nuageux typique de la West Coast fait partie de son charme et donne aussi de très beaux paysages sauvages et mystiques. Et aussi de belles photos sépia !

La West Coast, quand il fait beau, c'est cool !

La West Coast, quand il fait beau, c’est cool !

Au final, si on fait la balance paysages/absence de monde VERSUS mauvais temps/sandflies, je pense qu’on ne changerait rien !

Il y a encore du progrès à faire pour les traversées de rivière...

Il y a encore du progrès à faire pour les traversées de rivière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *