browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Marlborough et Nelson

Posted by on 21 décembre 2015

 

Du 28 novembre au 9 décembre 2015

A Wellington, nous prenons le ferry pour l’Île du Sud, tant attendue ! La traversée dure 3 heures. A notre arrivée à Picton, dans la région des Sounds, il fait un beau soleil (contrairement à la grise Wellington) et on passe dans Queen Charlotte Sounds, ce qui nous donne un avant-goût de cette région magnifique.

Ferry en direction de l'île du Sud, avec Wellington en fond

Ferry en direction de l’île du Sud, avec Wellington en fond

Coucher de soleil à Robin Hood Bay

Coucher de soleil à Robin Hood Bay


View Larger Map

 

On fait d’abord un stop à Blenheim, LA région productrice de vin du pays. On (=Xavier, parce qu’Elsa était enrhumée et avait perdu l’odorat donc facheux pour une dégustation de vin !) y goûte du pétillant (« sparkling ») méthode traditionnelle champenoise (sans l’appelation), ainsi que du pétillant plus typique des kiwis, mélangeant 40% de chardonnay et 60% de pinot noir.
Ensuite, retour dans les Sounds. Et là, vous me dites : « qu’est-ce qu’un Sound ? ». Ca se traduit par « chenal ». La plaque tectonique de l’île du Sud passe sous celle de l’île du Nord. Les montagnes (Alpes du Sud) s’enfoncent dans l’eau, il ne reste que les sommets qui dépassent, et les vallées sont sous le niveau de la mer et forment ces « Sounds » magnifiques. Qui plus est, c’est une des régions les plus ensoleillées de Nouvelle-Zélande, donc il fait bon y vivre. C’est l’occasion de baignades très agréables dans la mer. On se balade le long de Queen Charlotte Track, entre Queen Charlotte Sounds et Kenepuru Sounds. Les paysages sont magnifiques et le camping au bord de la mer nous laisse récolter des fruits de mer pour nos dîners : coques et moules énormes !

Les Sounds

Les Sounds

La récolte a été bonne

La récolte a été bonne

Kenepuru Sounds depuis notre campement

Kenepuru Sounds depuis notre campement

Au camping, on fait la connaissance d’un oiseau presque éteint dans l’île du Nord, mais abondant dans cette région : le Weka. C’est un cousin du kiwi car il ne vole pas et est donc vulnérable aux possums, fouines, chiens, etc. Par contre, il n’est pas du tout timide et on le laisse avec plaisir nous tourner autour, sauf quand il essaye de manger les lacets de nos chaussures ou de monter dans la voiture!

Notre ami le Weka mangeur de lacets

Notre ami le Weka mangeur de lacets

Après un passage rapide par la ville de Nelson, on se dirige vers la région de Tasman, et plus précisément de Golden Bay. C’est la région la plus au nord de l’île du Sud. Les jours de petites averses, on fait des petites balades : Te Waikoropupu Springs, une source souterraine avec une des eaux les plus limpides au monde (visibilité à 64 mètres). C’est incroyable parce que l’eau sort de nulle part et forme une gigantesque piscine où on devine quelques remous. On marche aussi près le long de canaux sur d’anciens sites de ruée vers l’or. Il fallait avoir l’équilibre parce que le chemin n’était pas bien large !

Chenal à Te Waikoropupū Valley, ancien site de ruée vers l'or

Chenal à Te Waikoropupū Valley, ancien site de ruée vers l’or

Un mout'mout' qui avait une sacrée bonne tête

Un mout’mout’ qui avait une sacrée bonne tête

Les jours de grand beau, on fait des sorties plus longues. On se balade tout au nord de Golden Bay : à Farewell Spit, aussi nommé le bec du kiwi (c’est flagrant sur une carte, les terres forment un kiwi). C’est un banc de sable de 35 km de long. On voit les restes de nombreux cétacés échoués, et c’est l’occasion pour Elsa de comparer les vertèbres et omoplates des (« petites ») baleines avec les nôtres. On passe à Farewell Cape, le point le plus au nord de l’île, mais avec le vent qu’il y avait, on a évité de se balader au bord des falaises !


View Larger Map

Farewell Spit : leçon d'anatomie, c'est assez !

Farewell Spit : leçon d’anatomie, c’est assez !

Farewell Spit : leçon d'anatomie (2)

Farewell Spit : leçon d’anatomie (2)

Farewell Spit : immense plage

Farewell Spit : immense plage

Farewell Cape : un vent décoiffant

Farewell Cape : un vent décoiffant

Il est mignon monsieur pignon

Il est mignon monsieur pignon

On visite Motueka, ville à la fois touristique et agricole, mais également pleine de hippies, donc à l’ambiance décontractée. On demande la météo à l’i-site et celle-ci étant prévue parfaite pour les prochains jours, on profite d’être dans la région pour randonner dans le parc national de Kahurangi pour faire une balade qu’on voulait faire : Mont Arthur and the Tablelands. Mais comme qui dirait, « on en a gros » ! On a eu un vent de 100km/h et de la neige en plein été ! On a laissé tomber le sommet et passé une nuit dans le parc, dans une autre « hut » que prévu. Ca a permis à Elsa de veiller sur la cheminée pendant que Xavier prenait un autre sentier, qui passe dans des coins inattendus : sous des blocs de roche immenses, des abris du DOC ont été construits (style refuge du couvercle). Le lendemain, on est rentrés à la voiture sous les nuages, mais une fois redescendus en plaine, il faisait grand beau, on était dégoutés. Encore cette météo néozélandaise très variable, et pleine de microclimats !

Mt Arthur : refuge sous les énormes blocs de roche

Mt Arthur : refuge sous les énormes blocs de roche

Petit point logement, on est toujours dans la voiture. On alterne entre endroits où rester la nuit est toléré/autorisé, avec les campings du DOC. Seul inconvénient de tout ça : l’absence de douches dans tous les cas de figures (pas de problème de toilettes, il y en a même dans les endroits inattendus). On est devenus les spécialistes du savonnage (biodégradable) dans les rivières désertes, et finalement c’est super et revigorant ! Bon par contre le seul vrai camping où on est allés et où il y avait une douche (froide), on n’a pas fait la fine bouche et on y est allés, une toutes les deux semaines, ça ne tue pas.

Dehors les romanos !

Dehors les romanos !

Camping inattendu : gratuit, et en plus le proprio nous offre des légumes pour le repas du soir, ce qui est un luxe ici

Camping inattendu : gratuit, et en plus le proprio nous offre des légumes pour le repas du soir, ce qui est un luxe ici

4 Responses to Marlborough et Nelson

  1. PA

    … il est méchant Monsieur Brochant !

    Sachez qu’on apprécie vos efforts pour économiser l’eau de la planète… tant que vous restez à une distance respectable de nos p’tits nez !
    Enjoy

    • dukiliaukiwi

      Et oui, on sauve la planète tous les jours ici, c’est fou.

      Ceci dit, les bains dans les rivières, on arrive à en prendre assez régulièrement.
      Tellement qu’on utilise presque pas la douche solaire qu’on trimballe avec nous !
      Par contre, c’est obligatoire lorsqu’on revient de plusieurs jours de crapahutage ou lorsqu’il y a un petit footing de décrassage, faut pas déconner non plus.

      Finalement, c’est ça qui sera le plus dur au retour : de se remettre dans le bain !

  2. Bonnet

    Bonne ANNEE de la part des BCB
    Cad bonnet caniato bourrin
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *