browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

La belle tasman

Posted by on 21 décembre 2015

Du 10 au 14 décembre 2015

Une fois n’est pas coutume, on a remis ça avec une deuxième great walk. C’est l’Abel Tasman Costal track.

Abel Tasman c’est le nom de la région au Nord ouest de l’île du nord mais c’est aussi et surtout le premier navigateur a découvrir la NZ en 1642. Et vu qu’il accosta dans le nord de l’ile du Nord, ils ont décidé de donner ce nom à la région. Peut-être aussi que les maoris voulaient se rattraper d’avoir bouffé 4 des membres de l’équipage d’Abel Tasman en guise de cadeau de bienvenue ! Voilà pour la minute « j’enrichis mes connaissances ».
Bref, revenons à notre rando. Elle se déroule sur 3-4 jours et compte 60km de marche. C’est assez touristique et prisé comme rando et il nous a fallu réserver à l’avance les campings. Mais on l’a faite juste avant le pic de fréquentation qu’est les grandes vacances scolaires (qui viennent de débuter ici, mi-décembre). Au final, il y avait moins de monde que ce à quoi on s’attendait.

Ready to go?

Ready to go?

On ne va pas vous parler jour par jour de notre vie dans le treck mais juste des impressions générales.
Les chemins, voire parfois « autoroutes » (tellement c’était large) de rando sont très bien entretenus (encore une mention spéciale au DOC=Departement Of Conservation, pour l’entretien des chemins de rando en NZ).

Ce petit chemin... aménagé par le DOC

Ce petit chemin… aménagé par le DOC

Toute la rando se passe sur la côte, au bord de l’océan pacifique. Les chemins alternent entre forêt, plage et estuaires.

Paysage côtier de l'Abel Tasman.

Paysage côtier de l’Abel Tasman.

On s'en lasse pas !

On s’en lasse pas !

Globalement, et je m’étonne moi-même de dire ça, c’était plat ! Même si, faut pas se leurrer, il y a toujours des petits pics de montées inattendues qui vous font suer correctement !
A plusieurs reprises, on a pris un peu de hauteur et parfois la vue se dégageait sur une eau limpide et bleue.

Les eaux limpides de l'océan

Les eaux limpides de l’océan

On passait souvent sur les plages aussi, la marche dans le sable c’est plus fatiguant par contre !

Chemin de sable

Chemin de sable

Et qui dit océan, dit marées ! Il faut bien prévoir son coup ici parce qu’à un moment, ce n’est possible de traverser QUE à marée basse. C’était le matin du 3ème jour et on était dans un immense estuaire. La marée basse ce jour-là était à 4h38 DU MATIN. Ce qui implique un lever précoce, un empaquetage express de tente et une traversée au radar ! Pas si au radar que ça finalement, parce que les pieds dans l’eau ça réveille vite ! La traversée prend tout de même 20 minutes à pied et même à marée basse, l’eau monte jusqu’à mi-mollets parfois.

Se lever tôt, c'est dur, mais bon, on est récompensé par les lumières matinales !

Se lever tôt, c’est dur, mais bon, on est récompensé par les lumières matinales !

La traversée à marée basse

La traversée à marée basse

A d’autres moments dans le treck aussi, il est possible de raccourcir le chemin en passant à marée basse, mais là, contrairement à la traversée dont je vous parlais, il y a toujours possibilité de passer par les terres, moyennant souvent un peu plus de km.

Tout le long du chemin, il y a beaucoup de sites pour camper, de baies et de plages paradisiaques. Paradisiaques pour le décor mais pas pour le nom parce qu’on a pu croiser par exemple la Mosquito Bay ou la Sandflie Bay où le nom ne te donne pas, mais alors pas du tout, envie de t’arrêter pour t’y faire dévorer par les phlébotomes !

Une petite plage sympas, au passage

Une petite plage sympas, au passage

Les nuits sous tente n’étaient pas fraîches et nos repas consistaient en pâtes, pâtes, pâtes (question pratique et place dans le sac) !

Le campement d'un soir

Le campement d’un soir

Le petit banc de sable/forêt au milieu, c'était notre camping ;)

Le petit banc de sable/forêt au milieu, c’était notre camping 😉

On a aussi pu croiser la faune locale avec des phoques. On a vu Mr, Mme et bébé phoque qui tète (trop mimi), Mr et Mr phoque qui se battent pour trouver qui est le plus puissant ! Ça fait vraiment des bruits chelous ces bestioles. Ou bien Mr gros phoque qui se bloque entre les rochers et alerte toute la population de sa bêtise.

Mme avec bébé phoque

Mme avec bébé phoque

Mais le best du best en matière de phoques c’était le lazy phoque (lazy=flemmard). Bon en fait, tous les phoques sont des lazys phoques on pense ! En marchant le long d’une plage, on a repéré un truc noir, genre aileron, dépasser au-dessus de la mer par très loin du rivage. En se rapprochant, on a découvert un gros lazy phoque, le bide à l’air en train de flotter et de se laisser dériver les 4 fers en l’air. Il n’a pas bronché d’un mm sauf pour respirer de temps en temps, parce que faut pas déconner quand même !

 

LE lazy seal !

LE lazy seal !

Celui-là aussi est en mode lazy mais moins que le premier quand même !

Celui-là aussi est en mode lazy mais moins que le premier quand même !

On a croisé la route d’un weka (oiseau qui ne vole pas, beaucoup de gens le confondent avec un kiwi) un peu trop curieux qui a tenté de se barrer avec notre sac poubelle !
Pour finir sur la faune locale, on a aussi, de manière complètement inattendue, rencontré un possum. D’habitude, on les voit plutôt morts sur les routes, mais celui-là était vivant et pas très farouche. C’est bien mignon quand même. D’ailleurs on l’a signalé à la ranger du refuge dans lequel on dormait la nuit. Au passage, j’ai eu le malheur de glisser dans la conversation que c’était quand même mignon comme bête. Mais ça lui a pas plu, à la ranger, qui a dit c’est pas mignon, ça fait trop de dégâts. Mais bon je maintiens que dégâts ou pas, il a le droit d’être mignon le possum ! Et dans la série nuisibles, Xavier a vu aussi une hermine, rescapée d’un piège à hermine mais pas pour longtemps puisqu’elle était quand même mal en point. Là aussi on l’a signalé à la ranger puisqu’on l’a vu à proximité du refuge. Et quelques minutes après, on a vu la ranger passer en mode déterminée avec une hache à la main… Ils ne les aiment vraiment pas ces bestioles. Après, quand on sait que ça décime la végétation, les espèces locales et même les pingouins, ça se comprend.

Bon sinon côté météo, c’était plutôt bon avec un seul jour de pluie, sachant que quand il s’est mis à pleuvoir sérieusement, on avait déjà fini de marcher pour la journée. Mais malgré tout, la tente n’aura pas résisté au vent et à la pluie de cette nuit là puisqu’un des piquets a cassé et percé la toile. Rassurez-vous on est resté relativement au sec !

Pour le dernier jour, on avait prévu light en marche (seulement 2 heures), pour se laisser le temps de faire du stop pour retourner à la voiture. L’autostop a super bien marché, et on est tombé sur des locaux plus que sympathiques, encore une fois !
Une fois la voiture récupérée et le camping rejoint, place à la douche et à la lessive !

7 Responses to La belle tasman

  1. merete stistrup

    Bonjour Elsa et Xavier.

    Joyeux Noël à tous deux !
    On pense bien à vous (et pas seulement à Noël)..
    Cela nous fait plaisir de pouvoir aller de temps et temps sur votre blog et avoir de vos nouvelles.
    On vous embrasse bien fort,
    Jean, Merete – et Tania qui est en vacances à la maison.

  2. Girod

    Toutes nos meilleures pensées pour Noël (un peu en retard) mais on pense à vous à toutes occasions… Vous nous manquez mais vous nous faîtes partager des instants inoubliables et inmanquables. Alors merci pour ces cadeaux. Bisou

    • dukiliaukiwi

      2 jours de retard, c’est rien, nous on met 3 semaines à répondre !
      Mais ça ne veut pas dire qu’on ne pense pas à vous 😉
      Bonne année à tous les girod, ceux de marlioz et les exilés

  3. Marianne

    Trop beau!!! Profitez bien

  4. Blandine

    kia hari te tau hou* à VOUS et à TOUS (*bonne année en Maori)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *