browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Piafs stories N°1

Posted by on 10 septembre 2015

Comme annoncé, je (Elsa) ne résiste pas à faire un article sur les oiseaux de NZ. Il faut savoir que c’est une île très riche en nombre et en variété d’oiseaux car la faune qui s’y est développée était très pauvre en mammifères donc en prédateurs d’oiseaux. Ils ont donc pu se reproduire en toute tranquilité et peupler tout le territoire.

L’exemple parfait et mondialement connu est le kiwi, qui est devenu un oiseau «terrestre» ayant perdu la capacité de voler (flightless bird) étant donné l’absence de prédateurs.

Les îles de NZ sont donc un peu le paradis des piafs et donc des «birdswatchers » comme ils disent. De nombreux efforts sont aussi faits pour préserver les espèces en voie de disparition, dont le kiwi entre autres. Les ennemis principaux des oiseaux sont l’opossum et les rats qui ont été introduits en NZ et envahissent tout le territoire. Une de leur sources d’alimentation : les œufs des nids des oiseaux. Vous comprenez vite le problème.

En attendant, on en profite un max et on s’en met plein les mirettes ! Enfin c’est du sport parce qu’il faut lever la tête pour les trouver ces oiseaux et surtout il ne faut pas bouger d’un poil pour prendre la photo étant donné qu’on est souvent au zoom maximum vu la distance.

Je vais donc essayer de faire une petite revue des spécimens qu’on a déjà rencontrés jusqu’ici.

 

Le Tui

Un des plus connus, endémique et emblématique de la NZ. Si on n’y regarde pas de près, il ressemble à un gros merle. Mais en fait il est beaucoup plus sophistiqué que ça. Il a des refllets bleu métallique au soleil et une collerette de petites plumes banches autour du cou. Autre particularité, deux boules blanches sous la gorge ! C’est marrant, en fait c’est deux plumes banches recourbées mais on dirait vraiment des petites boules de poils ou des grelots. On en voit de partout (villes, forêts…). Pour le repérer c’est super simple, faut se fier aux bruits qu’il fait. Oui, parce que je ne peux pas parler de chant d’oiseau pour le Tui, il émet des sons plus qu’étranges, dont on ne soupçonnerait pas l’origine animale. C’est difficile à décrire mais on dirait parfois des sons électroniques, comme une sonnerie de téléphone… A savoir qu’il est tout aussi capable de faire des «bruits normaux» d’oiseau. Donc gros éventail de capacités vocales pour le Tui, du plus grave au plus aigü. Tant qu’on n’est dans les sons, n’oublions pas de préciser que le Tui est tout aussi capable d’imiter des voix humaines. C’est assez énormissime et hilarant, on en a entendu un au centre des oiseaux blessés de Whangarei. Il parlait anglais carrément (si si je vous jure) et répétait en boucle les paroles de Robert (le soigneur) ou il sifflait les chansons que pouvait aussi chantonner Robert. On vous a mis la vidéo parce que sinon vous ne nous auriez pas crus. Promis aucun trucage sur le son de la vidéo, TOUT provient de l’oiseau. Enjoy ! https://youtu.be/Z324W0mg2bw

 

Tui en train de s'égosiller

Tui en train de s’égosiller

Tui aux reflets métalliques sous le soleil

Tui aux reflets métalliques sous le soleil

 

Le kiwi (c’est assez gros, environ 40cm)

Impossible de parler des oiseaux de NZ sans mentionner l’emblématique kiwi, symbole du pays.

Il en existe 5 espèces dont le brown kiwi (dans l’île du Nord), le little spotted kiwi et le brown spotted kiwi. Mais difficile d’en croiser un, surtout quand on n’a pas de célophane rouge et qu’on a peur dans la forêt la nuit… Grande chance pour nous d’être tombés sur ce centre des oiseaux blessés où Robert nous a fait admirer et même toucher (exeptionnel !) un kiwi. Certes c’était un kiwi blessé puisqu’il avait été retrouvé pris dans un piège à opossum et qu’il était amputé d’une patte. Mais bon finalement c’est pas plus mal pour lui de passer sa vie dans le centre avec Robert qui prend soin de lui. Le centre n’est pas très touristique, du coup il n’est pas embêté par des ??*!?** de touristes qui tapent sur la cage… Celui qu’on a vu avait 13 ans et cela faisait 12 ans qu’il était dans le centre. Là, on a pu le voir la journée, il était bien réveillé mais d’ordinaire, à l’état sauvage, c’est un animal nocturne uniquement.

https://youtu.be/nbg05OI_JmY

Il a donc perdu la capacité de voler mais à des pieds robustes pour courir ou donner des coups à ses prédateurs (super kiwi !). Par contre il a une grosse grosse capacité pour dénicher les vers de terre, avec son grand bec doté de narines au bout, il le plante dans la terre et détecte la présence de vers de terre. On l’a vu à l’oeuvre, c’est plutôt très efficace ! Il peut se faire un petit festin jusqu’à 200 vers de terre en une nuit… La femelle fait des oeufs maousse costaud, monstrueusement gros par rapport à sa taille. J’aimerais pas être son périné pour le coup…

MEGA oeuf de kiwi... Courage pour la ponte

MEGA oeuf de kiwi… Courage pour la ponte

Pendant qu’elle a encore l’oeuf à l’intérieur d’elle, elle ne peut plus rien faire, même pas manger, tellement il prend de la place dedans. Et quand elle est enfin délivrée, c’est le papa qui couve l’oeuf, et elle, elle se barre manger. Libérée ! Délivrée ! Bien mérité tout de même. Je crois que c’est un des plus gros rapport taille de l’oeuf/taille de l’animal. Amazing !!!

Dans le centre des oiseaux de Robert, on a donc touché un vrai kiwi. C’est vraiment trop mignon et tout doux, spécialement la sous-couche de plumes qu’ils ont.

Robert et son kiwi

Robert et son kiwi

Kiwi free or almost

Kiwi free or almost

L’espèce est menacée +++ par les rats, les opossums, les chiens, les chats. Ils prennent donc beaucoup de mesures de protection et tentent de récupérer les œufs dans la nature pour les incuber, être sûrs que le petit ne se fera pas manger et le relacher une fois autonome dans la nature. Ils font aussi des campagnes avec des cours d’éduction canine pour apprendre aux chiens à reconnaître l’oiseau et ne pas l’attaquer.

Bref, le kiwi, c’est tout un poème.

Petite anecdote : comme je vous l’ai dit, le kiwi ne peut plus voler (il lui reste juste deux minuscules relicats d’ailes) et au centre des oiseaux, ils ont craqué et ont amené leur kiwi captif faire un tour en avion de chasse, histoire qu’il puisse raconter qu’il a volé une fois dans sa vie !

Le flightless bird en plein vol !!

Le flightless bird en plein vol !!

Sur le tarmac

Sur le tarmac

 

Le pigeon de NZ

Bon alors, vous connaissez le pigeon classique de nos villes, le pigeon «moche» pour ne pas le citer. Ici il s’appelle le Rock pigeon, mais même avec son nom plus rock’n’rool il reste toujours aussi banal.

Race de pigeons, trouvez les intrus

Race de pigeons, trouvez les intrus

Par contre, ils ont un autre pigeon : le New Zealand pigeon, tellement plus beau et aussi plus gros. 51 cm en moyenne avec des reflets gris-verts sur le dos et un beau plastron d’un blanc éclatant. C’est aussi une espèce endémique. On en a vu pas mal. Facile à repérer car pas très discret au décollage !

Ca c'est du vrai pigeon, du gros!

Ca c’est du vrai pigeon, du gros!

New Zealand pigeon

New Zealand pigeon

 

Le fantail

Traduction fan=éventail et tail=queue.

Typique aussi de NZ, plutôt petit (taille d’un moineau) et très attachant comme oiseau.

La première fois qu’on en a vu, on a été très étonnés car il a un vol très particulier, plutôt saccadé avec des descentes et montées incessantes. Il est surexcité quand il vole, il ne se pose jamais ou alors une nanoseconde, on dirait qu’il est sous ectasy. Il a fallu sortir l’attirail lourd de l’appareil photo : le mode rafal, pour espérer l’immortaliser. Ce qui nous a agréablement surpris aussi, est qu’il est très familier, il nous suit sur plusieurs mètres, toujours à gesticuler dans notre entourage. Moi j’étais flattée car je pensais qu’il m’aimait bien, mais en fait, dure réalité a été d’apprendre qu’il était très interessé par tous les insectes qu’on délogeait sur notre route… Triste. Enfin il reste trop mimi quand même. Et pour son nom, queue en éventail, c’est exactement ça, comme vous le verrez sur la photo.

Fantail, remarquez la belle queue en éventail !

Fantail, remarquez la belle queue en éventail !

 

Le Kingfisher (=martin-pêcheur)

On en trouve pas mal, et pas que près des points d’eau, comme on pourrait le penser, mais aussi en campagne. Souvent il se pose sur un fil électrique et scrute le sol. Quand il voit une proie (insecte, ver, petit rongeurs…), il l’attrape et retourne sur son fil. Ca peut durer longtemps. Tant mieux pour moi, parce que la première fois que j’en ai vu un c’était justement sur un fil électrique. Son bec me disait quelque chose mais je n’étais pas sûre que c’était un martin-pêcheur. J’ai pu ensuite le voir de dos sur une branche d’arbre et nul doute sur l’espèce vu la couleur bleu éclatante qu’avait son plumage dorsal. Je vous ai mis la photo de dos, même s’il est pas très visible, on se rend bien compte de la couleur.

Martin-pêcheur ou Kingfisher

Martin-pêcheur ou Kingfisher

Kingfisher again

Kingfisher again

Pour la couleur... Kingfisher

Pour la couleur… Kingfisher

 

Le Pukeko

Le premier Pukeko rencontré, on est restés bloqué à prendre plein de photos, parce qu’il est assez, gros, avec un plumage bleu, un bec rouge, un derrière blanc et pas très farouche. On pensait avoir beaucoup de chance d’en croiser un mais en fait il y en a partout !! Alors maintenant c’est comme les Australiens avec les kangourous, on est blasés du Pukeko ! On en voit tout le temps sur le bord des routes, dans les champs environnants.

Pukeko aussi nommé par nous mêmes Pukéké pukéké

Pukeko aussi nommé par nous mêmes Pukéké pukéké

Pukéké au petit cul blanc

Pukéké au petit cul blanc

 

Le Myna

Le nom est traduit par le martin triste en français. Pourtant il n’a pas un air triste. Il préfère les endroits chauds donc on en voit beaucoup dans le Nord. Il y en a beaucoup, très souvent sur le bord des routes, voire sur la route. Il mange les insectes, débris de la circulation. Il est très commun ici mais assez beau. Pas de photo à l’appui désolé, ça viendra.

 

Le chaffinch

Un peu dans le rôle du moineau à certains endroits, mais beaucoup plus beau. Plutôt familiers. Couleur orange-gris-bleu.

Chaffinch

Chaffinch

 

Morepork

Se traduit en français par «plus de porc»… Ah ! mais non c’est la chouette en fait. On en a croisé une au centre des oiseaux de Robert. Elle avait plutôt un regard insistant et hypnotisant, bref super flippant…

Morepork

Morepork

 

Le tomtit ou Miromiro

Placé par moi-même en numéro un des oiseaux trop mimis. Tout petit, noir et blanc et plutôt familier. Même le nom est mignon. On les croise dans les forêts. Endémique de NZ.

Tomtit ou Miromiro

Tomtit ou Miromiro

Pour terminer (j’espère que vous serez arrivés jusqu’ici, mais sinon je comprendrais, on n’est pas tous fans de trucs à plumes !), quelques autres en vrac :

Les oiseaux du bord de mer

Je suis pas fan des oiseaux maritimes. Mais on a croisé mouettes et goélans à foison.

"Hey Roger, t'as pensé à sortir les poubelles ?"

« Hey Roger, t’as pensé à sortir les poubelles ? »

On aussi vu un Pied Shag.

Pied Shag : "il est où le poisson bordel !"

Pied Shag : « il est où le poisson bordel ! »

 

Les canards

Rebaptisé «faucon d’eau» par Xavier, qui, de loin, croyait qu’un faucon était en train d’attraper une proie dans l’eau (scène époustouflante au demeurant) mais c’était juste un vulgaire canard aterrissant lourdement sur le lac… Moins époustouflant du coup !

Sublimissime "faucon d'eau"...

Sublimissime « faucon d’eau »…

On dirait un sauveteur d’Alerte à Malibu sortant de l’eau…

Les chardonnerets ou Goldfinch en anglais

Tous petits et très colorés (jaune vif, rouge vif), vivant en troupe. Existent aussi en France.

 

Beaucoup de rapaces et quelques perruches

Des Black swans : impressionnants en vrai. Si si je vous jure ce n’est pas que le nom d’un film.

Black swan

Black swan

Black swan

Black swan

Le yellow hammer

Dans les tons vert-jaune, assez petit, très beau. Très commun aussi. Au passage ils ne se sont pas cassés la tête pour trouver le nom…

On l’avait confondu au départ avec le Yellow Head, qui est très rare.

Yellow hammer

Yellow hammer

 

9 Responses to Piafs stories N°1

  1. Jocelyne Caniato

    Je me suis régalée et jusqu’au bout.
    Les photos sont très réussies et les commentaires plein d’humour.
    Jai aussi une préférence pour le tout petit noir et blanc.

    • dukiliaukiwi

      Tant mieux la Mite, faut dire que j’ai été à bonne école. Le tomtit il est adorable oui et son nom aussi mais on n’en voit pas souvent. Il y aura sûrement une suite à l’article vu le nombre d’oiseaux qu’on croise !

  2. Julien

    Elles sont cool vos photos de piafs (surtout vu le matos photo pas vraiment spécialisé que vous avez ^^) !
    Moi c’est la chouette et le kiwi (of course) mes préférés 😉

    • dukiliaukiwi

      Genre t’es étonné qu’on sache prendre des photos !!
      On a également bien aimé la chouette. D’ailleurs on trippe là dessus, à la fois à cause des gros yeux de l’oiseau (hyper impressionant), et le nom du piaf qui est tellement wtf !

      • Julien

        Etonné tout de suite…Nan pas étonné que vous sachiez prendre des photos, étonné que vous arriviez à en prendre des aussi chouettes d’oiseaux avec votre matos, parce que les oiseaux c’est déjà relou à prendre avec un réflex et un téléobjectif ^^
        Bon après les oiseaux de là-bas ont la tête à l’envers alors ils sont peut-être moins réactifs 🙂

  3. Bouillooooot!

    Trop cool je kiffe, j’ai tout lu!(je peux avoir une étoile!?)
    En Nc aussi ils ont leur oiseau embleme ki vole plus, bouffé par les memes que le kiwi et donc menacé, c’est le cagou, c’est marrant comme ca evolue dans ces 2 iles differement! Et en australie le casoar…On a aussi des kingfisher, des black swan en Australie…et peut etre d’autre on s’est rendu compte que genre entre l’australie et la NC les quelques rares oiseaux communs (C comme chez vous, chaque ile a sa propre « bird faune »)n’avaient pas du tout le meme noms sur les 2 iles! Mais je vois pas les photos(ca doit etre ma connexion pourrie)alors je sais pas, je suis deg…
    Pleins de bisous et a bientot

  4. Tom-TITI

    Heuuu
    je pourrais vous emprunter un « plus-de-porc » pour hypnotiser les clients et leur faire acheter… plus de porc ??

    T

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *