browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

WWOOFing avec des Joliveau !

Posted by on 11 août 2015

Du 29/07/2015 au 05/08/2015
Rappel des faits : le lundi, on vient d’acheter une voiture. Une fois celle-ci en mains, youpi, on quitte la ville pour le nord. Enfin pas tout de suite…


On avait auparavant cherché un WWOOFing pour passer y quelques jours. Mais le début des festivités n’étant que le mercredi, on a donc 48 heures devant nous. On est un peu forcés de rester dans les alentours d’Auckland parce qu’on attend encore notre CB qui doit arriver à la banque. On décide donc de quitter notre petite cocon d’auberge de jeunesse et d’aller passer notre première nuit dans le van. Le coin le plus pratique et bien connu des backpackers est le port d’Auckland. C’est un endroit plutôt industriel mais aussi avec des infrastructures pour le grand public, plutôt modernes et d’inspiration du design industriel mais assez sympa. On est donc entourés par la mer. D’un côté, il y a des quais avec des restaurants assez huppés et de l’autre côté des silos industriels avec des matières inflammables ! Il faut nous imaginer avec le van au milieu de tout ça. Rester dormir dans sa voiture ici est toléré mais pas vraiment autorisé. En tout cas, à voir le nombre de van dans cette place, c’est pratique courante. On a donc passé 2 nuits à cet endroit. Ensuite, la tant attendue CB arrive enfin à la banque donc on taille la route !
Direction Arapohue, lieu de notre WWOOF. Vous allez vous habituer aux nom de ville, ne vous inquiétez pas. On dirait qu’ils font un concours pour celui qui arrivera à mettre le plus de voyelles dans le nom… Je crois sincèrement qu’ils sont tous gagnants.

Enfin revenons à nos moutons, enfin en l’occurence à nos vaches parce que notre WWOOFing est une ferme de 200 vaches (principalement des Frisonnes et des Jersey, ainsi que quelques MRA et Highland Cattles, ainsi que les croisées) et en ce moment c’est la saison des veaux (de Juillet à Septembre).
Alors petite parenthèse pour les non connaisseurs, le principe du WWOOF est de loger chez des locaux et de les aider pour des taches diverses (4 à 6 heures par jour) en échange du gîte et du couvert. La particularité du WWOOF est que cela se déroule dans des exploitations biologiques dans la mesure du possible en respect et en communion avec la nature et l’environnement. C’est ce qui nous plait dans le principe avec Xavier.
On arrive un mercredi soir vers 20h chez nos hôtes Ann et Sid (oui comme l’opossum dans l’âge de glace… sauf qu’il ne zozotte pas, lui), un couple middle age. Ils se sont mariés il y a 2 ans. Ann a un fils d’une ancienne relation et Sid a 4 enfants d’une ancienne relation aussi. Ils habitent avec une des filles de Sid, en pleine adolescence.

Avec Ann et Sid

Avec Ann et Sid

Autant dire qu’en termes de localisation, on s’est «un peu» perdus avant d’arriver à destination. C’est bien paumé au milieu d’une « gravel road » (route de gravier tant aimée par les suspensions de notre bolide !) avec seulement des fermes et des vaches comme entourage. Sur la route, quand on est arrivés de nuit, on ne pouvait pas se tromper, il n’y avait qu’une seule maison éclairée.
Autant dire que leur accueil du début, et tout au long de notre semaine passée avec eux, méritait au moins un 20/20.
Grande chambre pour nous avec lit double. Salle de bains neuve dans la maison. Hôtes très très chaleureux, on n’a manqué de rien. Les repas étaient gargantuesques !! Faut préciser que Ann à quelques problèmes de poids, voire d’obésité (stade avancé plutôt), donc la nourriture c’est important pour elle. Cela nous a paru un peu étrange au début car dans notre esprit, des fermiers ça ne peut avoir que la ligne, vu le travail quotidien mais ici c’est… comment dire… un management différent de la ferme. Ils fonctionnent avec des minis voiturettes-4X4 et ne se déplacent qu’avec cela, même pour ramener les vaches au pré ! Puis Ann est vite essouflée donc le travail physique est limité pour elle. Enfin, je crois que ça lui a fait plaisir de nous faire des bons repas et de nous cuisiner quelques spécialités locales. En termes d’horaires de repas, ça se passe assez mal quand même, dans la mesure où les 3 principaux repas sont très rapprochés. Petit déj à 9h30 (après la traite), lunch à 12-13h et repas du soir à 18h !! Aie aie aie, je crois qu’on n’a même pas ressenti une fois la sensation de faim;) Bon heureusement pour nos fesses qu’on ne restait qu’une semaine !!
On a pu manger un agneau (lamb), c’est quand même une des bestioles locales faut pas oublier, mais aussi une spécialité sucrée : le Pavlova. C’est une ENORME meringue avec de la crème dessus et des fruits coupés (nous on avait des kiwis). Les néo-zélandais en raffolent. C’est plutôt très bon quand même.
On a aussi testé le sandwich au Kiwi, ce qui a beaucoup fait rire Ann. Elle nous a fait également un cake banane-chocolat avec un tupperware rempli pour emporter avec nous:)
Autre spécialité testée : la VEGEMITE. C’est une pâte à tartiner typiquement néozélandaise. Ils l’étalent souvent le matin sur leurs toasts. Ca a la consistance et la couleur du Nutella, mais PAS DU TOUT le goût ! Xavier a testé et a fait rire Ann et Sid en manquant s’étouffer (en en mettant trop, et car c’est une pâte à tartiner salée), pendant qu’Elsa s’abstenait prudemment.

Miam

Miam

THE cake chocolat-banane!Salivez mes amis!

THE cake chocolat-banane!Salivez mes amis!

Fameux met : le sandwich au kiwi! Je pense que si c'était un vrai, on serait déjà tués par des maoris...

Fameux met : le sandwich au kiwi! Je pense que si c’était un vrai, on serait déjà tués par des maoris…

THE Pavlova

THE Pavlova

Le matin on les aidait pour la traite et le nourrissage des veaux. C’est la saison des vêlages, plusieurs veaux sont attendus chaque jour. Au début, pas trop de chance pour nous car il n’y a pas eu de naissance pendant 3 jours complets. Ann et Sid étaient étonnés, c’est pas très courant et ils redoutaient surtout le retour de baton parce qu’elles allaient bien devoir sortir ces bestioles un jour ou l’autre. Puis les jours d’après il y a eu entre 1 et 3 veaux par jour. Même si c’est des grands bébés, ils sont plutôt mignons. C’est pas un élevage de veaux sous la mère, donc il faut les nourrir et les premiers jours, ils demandent plus d’attention parce qu’ils ne savent pas encore bien têter.
En tout cas, à la fin, c’étaient nos amis ces Joliveau…

Moins d'un jour de vie pour celui-là

Moins d’un jour de vie pour celui-là

Trop mimi

Trop mimi

Xavier en plein amour avec le Highland Cattle

Xavier en plein amour avec le Highland Cattle

Tu me reconnais ?

Tu me reconnais ?

L'apprentissage du biberon sur des giga tétines ! Pas toujours évident pour le veau, ni pour Elsa d'ailleurs.

L’apprentissage du biberon sur des giga tétines ! Pas toujours évident pour le veau, ni pour Elsa d’ailleurs.

Sinon, dans les autres tâches, on a un peu participé à la traite des vaches. Faut être au taquet et avoir l’oeil partout pour pas te prendre 3 L de pipi (c’est à dire un pipi de vache) ou pire sur la tête vu que t’es en position d’infériorité par rapport à la vache !!!
On a aussi nettoyé la zone de traite à coup de grands jets d’eau. C’est comme un jeu où tu dois dégommer les bouses !!!
On a aussi aidé à refaire des clôtures. Des fois, elles ne sont pas super intelligentes les vaches puisqu’au lieu de passer dans le chemin prévu, elles s’affolent toutes seules et courent dans tout les sens et finissent pas ruiner la clôture en passant par dessus… Enfin bon du coup ça fait du travail supplémentaire. C’est assez fastidieux, Sid doit en baver quand il fait ça tout seul, je pense.
On a aussi du amener les déchets de l’exploitation (plastiques, fils de fer usagés…) dans le lieu prévu pour cela. A notre grand désespoir, ces déchets, plutôt toxiques pour l’environnement, étaient jetés dans un simple trou creusé dans un pré de l’exploitation. Sid y met le feu une fois pas an. Normalement cette pratique est interdite, on en a discuté avec lui, il le sait mais apparement les décharges ou les lieux pour se débarrasser de ce type de déchets sont très éloignés et pas faciles d’accès. On était un peu déçus avec Xavier, ce n’est pas l’idée de communion avec la nature qu’on s’était fait. Au passage, et pour s’éloigner encore un peu plus de la petite exploitation bio, ils utilisent des engrais pour l’herbe à base de nitrates… et pluvérisent des pesticides (par hélicoptère !) pour tuer les chardons dans les prés. Dure réalité pour nous. Après, ça n’empèche pas que Ann et Sid sont adorables mais ils ne pratiquent pas l’agriculture qu’on espérait pour un WWOOF.
Et pour cause ! On s’est rendus compte après les avoir quitté que ce n’était pas un WWOOF, mais un « cultural exchange », qui est classé dans le même annuaire, seule une petite mention diffère : au temps pour nous !

Petite anecdote sympa : vendredi soir c’est Pub. On a donc été invités à manger au pub avec eux. Ambiance plutôt à l’Américaine avec plein de gros 4X4 garés devant. Il n’y avait que des gens locaux, des fermiers. Xavier a bien parlé, moi j’ai rien compris… mais c’était cool !

En parlant de difficultés à communiquer, il faut préciser que dans le coin, ils ont tous un accent à couper au couteau. Ann et Sid sont habitués de recevoir des étrangers donc font attention, mais on les a entendus expliquer à leurs amis qu’il fallait parler lentement. On a un peu eu l’impression d’être les idiots du village, mais bon ! Un des mots sur lesquels on a eu le plus de mal est « cow ». Gênant dans une exploitation laitière !!! Quand on leur parlait des vaches, il fallait leur répéter 3 fois pour qu’ils comprennent. Et un jour, ils nous ont demandé d’aller chercher des outils dans le hangar à vaches (the cow shield), on a compris tous les deux qu’ils nous parlaient du hangar à voitures (the car shield).

7 Responses to WWOOFing avec des Joliveau !

  1. La baronne

    C’est bien connu, le Joliveau est adorable !!

    • dukiliaukiwi

      Des fois ils se mettent à courir mais on ne sait pas pourquoi. Ca doit être quand ils sont fatigués. Par contre, pas d’accordéon par ici, dommage 🙁

  2. jean antonini

    Ah ! il faudra nous donner la recette du pavlova…
    Quant au veau, je promets de ne plus en manger même sous la torture d’un fermier néozélandais.
    Bises de Merete et Jean

  3. TITIITIITITITI

    FAUX FAUX FAUX FAUX FAUX !!!
    La Vegemite, c’est AUSTRALIAN !!!!

    ça doit être tout aussi dégueu chez les Kiwis j’imagine 😉

    Sinon Elsa, ça se passe comment en termes de bottes à petites fleurs ???????
    Allé, bon vent
    take care

    • dukiliaukiwi

      C’est peut-être Australien, mais les néo-zélandais nous ont dit que c’était LE produit qu’il fallait apporter à des kiwis expatriés pour leur faire plaisir. Anecdote d’ailleurs : l’usine de Christchurch a été détruit dans le séisme, et il y a eu pénurie de Vegemite en NZ, du coup les gens payaient des fortunes pour s’en procurer !

    • dukiliaukiwi

      Classe les bottes n’est ce pas ? Merci d’avoir vu LE détail fashion de la photo 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *